La vie est brève et le désir sans fin – Prix Femina 2010


L’accès à la littérature française me faisant cruellement défaut dans ma temporaire contrée lointaine, je me fierai donc au Prix Femina, qui a été décerné, cette année, à Patrick Lapeyre pour « La vie est brève et le désir sans fin » (POL ).
 
Je ne sais pas vous, mais moi, rien qu’avec  le titre, je me dis que ca va être sacrément sympa. Rassurez-vous, d’après la critique que je viens de lire sur Télérama, on ne sombre pas dans le drame contemporain que beaucoup de romans se plaisent à narrer (la vie réelle un drame? Pffff).
C’est tout simplement une histoire d’amour intemporelle, mettant en scène des antihéros à  la Woody Allen: un homme marié plein de désir, une actrice belle et fantasque, un amant raisonnable…
Bref, une passion de la vie de tous les jours mais, à priori, savamment écrite.
Publicités
Cet article, publié dans Quoi de neuf dans le coin?, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s