Même la pluie


Je ne peux que vous conseiller d’aller voir « même la pluie ».
C’est l’histoire d’un film réalisé en Bolivie où l’équipe de tournage se mêle à la population locale, où les idéaux bien pensants de notre société rencontrent la réalité de la vie, au-delà de nos frontières, et surtout où l’humanisme tel qu’on le perçoit percute de plein fouet les intérêts de chacun.
Sébastian (le très caliente Gael Garcia Bernal) réalise l’œuvre de sa vie – un film : l’histoire d’un religieux se rebellant contre l’extermination des Indiens du temps de Christophe Colomb (passionnant hein?!). Pour ce faire, il a besoin d‘acteurs «Indiens » et se rend donc en Bolivie avec un mini budget, son équipe et son producteur, Costa (Luis Tosar), tout content d’exploiter la population locale pour 2 dollars. Le problème, c’est que c’est la vraie misère pour les locaux, qu’il n’y a plus d’eau (enfin y en a, mais une société leur a coupé, question de $) et qu’ils sont à deux doigts de lancer une révolution.
Les personnages seront donc en proie à des conflits personnels, entre ce qui est bien pour eux et ce qui est bien tout court – et parfois le fossé est grand. D’ailleurs, une scène dans l’Hotel de ville où tout le monde boit sa coupette, pendant que, dehors, la révolution se met en marche, est juste magnifique.
Mon seul regret ? Que les personnages soient un peu trop ménagés et que le film ne s’engage pas plus. Le jeune réalisateur avec ses idées de Bisounours, qui se fiche bien de savoir combien sont payés les locaux pour intervenir dans son film et qui pourtant continue de s‘offusquer devant les injustices dont souffrent les gens, apparaît trop excusable (« nous c‘est pas pareil, on n‘a pas de budget » qu‘il dit); le producteur, quant à lui, qui se fait une fête d’économiser sur le dos de pauvres gens et qui se rend compte que l’autre, finalement, c’est un homme comme un autre, avec le droit de vivre, je trouve ça un peu facile.
Néanmoins, j’aime la réalisation superposant à la fois l’avancée du film, produit par les héros (donc à l’intérieur du film), avec l’histoire (vous me suivez), mais aussi le fait que les deux histoires se chevauchent thématiquement, avec pourtant 500 ans d’écart – c‘est le côté déprimant.
Comment ? On ferait encore un genre d’esclavage de nos jours ? On serait prés à sacrifier l’autre pour son petit confort ? Après si on était tous des gens bien, la notion de héros n’existerait plus hein?!
En conclusion, ce film m‘a plu, il questionne beaucoup et met aussi le moral à zéro (oui, on pleure un peu… ) car on constate (une fois de plus) que l’homme est effectivement une source de contradictions qui l’arrangent… Heureusement – et c’est la note finale me semble t’il-, l’espoir réside dans le fait que, le moment venu, l’Homme fera peut être le juste choix et non pas le choix qui l’arrange.
A voir.
Publicités
Cet article, publié dans Quoi de neuf dans le coin?, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Même la pluie

  1. jean-Marie dit :

    Je suis assez d’accord avec vous. Qu’avez-vous pensé du film Incendies du canadien Denis Villeneuve? Bonne soirée, JM

    • Une bordelaise flâne dit :

      Je n’ai pas encore vu Incendies qui bénéficie d’une excellente critique (vous confirmez?)… Je pense le voir d’ici la fin de semaine. merci en tout cas! Bonne soirée

  2. Hélène R dit :

    Merci…je vais sans doute me laisser tenter !
    Es tu au courant du vernissage Arc en Rêve 7 rue Ferrere à Bx demain ? Erwan décrit leur style comme « délibérément simple avec un élément d’humour », quant à Jasper Morrison qui les a influencé, il qualifie leur travail de « réfléchi et discipliné, intelligent et poétique ». Michèle Champenois, elle, identifie plusieurs lignes directrices : l’influence des ambiances nordiques ; la modularité et les éléments à combiner et enfin les espaces semi-clos qui permettent de redéfinir l’espace.

    « Nous avons toujours eu la sensation que le meuble pouvait aider à définir l’espace » déclare, en effet, Erwan. Ce soucis se retrouve au travers de créations comme le lit clos, sorte de cabane à dormir ou le canapé Alcove (Vitra) dont le dossier haut permet de structurer l’espace. C’est aussi le cas de leurs parois légères qui peuvent être construites en assemblant des éléments de base : les modules Brick (Kreo) et Cloud (Cappelini) sont à la fois étagères et cloisons ; les modules Algues (Vitra) et North Tiles (Kvadrat) permettent de créer des claustras légères.

    On retrouve leur gout pour la modularité et la flexibilité dans le système de bureau Join créé pour Vitra. L’idée est de créer un espace de travail flexible permettant de s’adapter à la diversité des besoins. La solution est une grande table sur laquelle se fixent divers éléments (parois, sous-main…) afin de définir des espaces de travail.
    Inauguration avec cocktail dans la grande galerie de l’expo des deux frêres Bouroullec.
    Amicalement
    Hélène R

    • Une bordelaise flâne dit :

      Merci pour ce message. J avais fait un post sur cet évènement il me semble (ds l’agenda). Je voulais y aller mais ça tombe mal car il y a aussi Bordeaux Rock en ville et j’ai envie d’aller découvrir de nouveaux groupes en live ! Cela étant j’irai, pour sur, à cette expo car je suis une fan des Bouroullec! Merci beaucoup pour ces détails… les designers sont pr moi des artistes incroyables aussi créatifs que pointus sur les matiéres. Bonne soirée (je suis en plein retrnsmission de taratata d’hier soir)

  3. Sylvie dit :

    Avec une, non des critiques comme ça, je ne peux que suivre ton conseil.
    Bises
    Sylvie

  4. thierrys76 dit :

    Et bien, peut être devrait -je allez voir cela, tu semble assez convaincu donc a voir un de ces jours pour moi, merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s