Alan, le sexe c’est pas pour toi


Je reçois les news et, entre deux horreurs terrifiantes, il y a parfois des pépites qui me font tomber de ma chaise. Oui, parce que ce blog a pour but de vous divertir et non de vous déprimer; aussi, je vais vous raconter la petite histoire d’Alan le british simplet.
Alan est un demeuré, enfin, il a seulement 48 de QI ce qui en fait un attardé complet (ou presque), même si capable de s’occuper de lui un minimum. Concrètement, ça veut dire qu’à 41 ans il est suivi par un conseiller s’assurant régulièrement que son niveau de connerie ne devient pas dangereux pour la communauté.
Dans sa maison à débiles, Alan le tombeur a trouvé le moyen de rencontrer quelqu’un et de vivre une histoire d‘amuuur (je sais, toi, célibataire avec un QI parfaitement convenable et qui galère à te trouver quelqu’un, tu as juste envie de te tirer une balle en lisant ça). La moitié en question est un homme pour information (impact possible sur la suite de l’histoire).
Son conseiller trouvant cette conduite sexuelle inappropriée, parce qu’étant débile Alan ne sait pas ce qu’il fait – c‘est bien connu que les hommes préhistoriques ont attendu d‘avoir plus de 48 de QI pour se monter dessus- a décidé de faire intervenir la loi pour stopper cette infamie (mentionnons qu’il n’y a pas eu d’abus par aucune des parties de ce couple diminué, heureux de ses folles nuits).
Et comme il y a une loi fabuleuse (the Mental Capacity Act 2005) donnant le pouvoir aux juges de prendre des décisions pour les personnes avec un manque d‘intelligence (du genre avortement, contraception forcée, chirurgie…), ben le juge il a décidé qu’Alan il devait arrêter ses conneries et se lancer dans un nouveau concept : la chasteté!!
J’imagine alors le dialogue avec le conseiller ensuite :
– Ben pourquoi que je peux plus faire ça avec mon fiancé ?
– Ben merde Allan, le sexe c’est pour les gens intelligents, faut que tu comprennes …
– Mais euh… même les chiens ils le font (oui, 48 de QI on a dit, donc une répartie en conséquence)
– Oui mais les chiens on s’en tape qu’ils soient pédayy et puis c’est marrant de les voir faire! (oui, y a des mecs avec un QI normal qui disent des conneries aussi!)
Je pense plutôt que le genre humain dit intelligent flippe face à ce genre de situations qu’il ne comprend pas bien (attendez ma bonne dame: sexe et déficience mentale, c‘est quand même le truc tabou sale caca en société)… Mais là n’est pas le sujet.
Verdict du procés : Alan n’aurait pas un niveau de conscience assez élevé en ce qui concerne des trucs comme le préservatif/la conception des bébés (il sait comment ça marche mais il a oublié de lire la notice et les effets parfois indésirables en gros) et je vous cite le juge (traduit) « A ce jour, Alan n’a pas la capacité à consentir et à s’engager dans des relations sexuelles (…) décision prise pour son propre intérêt », il va donc être supervisé à proximité nécessaire afin que cela ne se reproduise pas.
Ahhhhhh, en voilà une bonne chose de faite, un débile heureux de moins et la ceinture de chasteté qui va reprendre du service (ça va créer des emplois c’est moi qui vous l’dis!).
(article très second degré mais news véridique (je sais c’est dingue) ; lien ici )
Un petit mot à tous les pervers étant tombés sur ce post à cause de mots clés douteux tapés sur Google : c’est raté chenapan !
Advertisements
Cet article, publié dans Quoi de neuf dans le coin?, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Alan, le sexe c’est pas pour toi

  1. Psycho dit :

    En même temps même s’il pige pas la contraception, il avait choisi UN chéri, il était plutôt tranquille de ce côté là ! Plus sérieusement : cémoche !

  2. Domi dit :

    oh!!! ben zut-flûte-sac-à-papier !! le pauvre gars ! Il n’a déjà pas une vie « normale », on l’empêche en plus d’avoir un peu de bonheur !!!
    Depuis quand le sexe et le coeur ont-ils besoin d’un QI minimum ?

    J’ai bien ri en te lisant (beau brin de plume!) mais que c’est triste au fond !
    Bises

  3. marie dit :

    Comme quoi, la betise est universelle et c’est grave !! Merci pour ton article plus facile a lire qu’en anglais !!lol bisous

  4. thierrys76 dit :

    Exact, si la justice est seule juge de cela ou va t’ont? même si tout cela, peut comprendre mais de la a prendre des décisions a la place d’autres sous prétextes que l’on se croit plus intelligent… bon bref, merci pour cet article, a bientôt

  5. margaux33 dit :

    quelle misère. le juge est peut-être un mal baisé ? un jaloux ?

  6. Histoire affligeante de bêtise…
    On se croirait dans « Bienvenu à Gattaca »
    Ecoeurant !!!
    Bravo pour cet article qui nous fait réfléchir.
    Bises
    Sylvie

  7. maximgar dit :

    Allez, je vais me faire l’avocat du diable, puisqu’a priori tout le monde a pris fait et cause pour Alan. (Du moins prendre la défense de ses détracteurs et empêcheurs de pas tourner en rond, faut pas déconner non plus.)

    La question de la sexualité chez les déficients mentaux (voire aussi chez les handicapés physiques) est tabou, parce que nous, les bien portants, voire les trop beaux trop forts, nous n’y sommes pas préparés. Je m’explique :

    1) alors déjà les traitements chimiques psychiatriques se marient très mal avec les contraceptifs (ça c’est pas trop le problème d’Alan), mais toujours est-il que la pilule en asile ça fonctionne pas avec les autres gélules. Du coup pour des soucis d’assurance, pour éviter les troubles avec la famille, etc… la chasteté s’impose.

    2) un handicapé mental qui se retrouve chargé de famille !!! voilà ce qui creuse le trou de la sécu ! (je sais, c’est pas trop le problème d’Alan).

    3) les malades mentaux, quand ils sortent du circuit psychiatrique, se retrouvent pour beaucoup sans repère, et la proie de gens pas malades mentaux qui en abusent. Parmi les rares pays à disposer de réels chiffres sur la question, on sait qu’aux USA les deux tiers des hommes déficients mentaux seraient actifs sexuellement, un tiers le fait par prostitution, la moitié le fait sans protection. Ces résultats concernent les hommes, bien moins soumis à la dictature de leur environnement.

    Du coup, je pense qu’il est bon d’inculquer la chasteté aux malades quand ils sont enfermés, parce que dehors c’est plein de bien portants dangereux.

    • Esprit contrariant héhé… Heureusement que je ne post pas souvent mon blabla ici; merci pr le petit mot cependant.
      Je suis d’accord sur ces 3 points, et approuve ta réflexion absolument logique, mais le cas d’Alan me semble un peu différent pour le coup (48 de QI c’est bas mais ce n’est pas un fou)…
      1. Ce qui me dérange avec ce genre de news, c’est qu’on n’est pas capable de restreindre la sexualité de tarés récidivistes (suffit de regarder les infos dernièrement) alors que les déficients eux on arrivre à les rendre chastes (dans le cas présent, aucun médicament c’est de la surveillance qui est préconisée). Je pense juste que la cas d’Alan ne devrait pas être la priorité des juges, d’où ce post 2nd degré.
      2. Proner la chasteté c’est bien beau mais que fait on des désirs, pulsions et autres petites choses pouvant générer la frustration (si pas de médoc, pas de gestion des hormones–) désir présent jamais assouvi = frustration) – une frustration dont on n’est pas certain de prédire les effets lorsqu’il s’agit d’un déficient (peut être trouvera t’il une compensation moins jolie, peut être entrera t’il en dépression).
      3. Je suis pour le « cas par cas » en l’occurence parce que justement les défficients n’iront pas sortir une jurisprudence pour faire valoir leurs droits. Or défficient certes mais pas moins humain (débile ne veut pas forcément dire sans conscience). Ils souffrent comme les autres.
      4. Quand ils sont enfermés en asile, la chasteté semble primordiale bien sur – c’est une autre histoire, pas besoin d’aller chez le juge… D’ailleurs, cher Maximgar, je ne sais pas si tu es au courant, mais les centres psychiatriques (la section sans camisole je m’entends) sont des lieux où des orgies sans nom se déroulent chaque jour/nuit (je ne parle pas même pas de la drogue qui y circule) et je te le dis de source sure.
      En général je me méfie plutôt des gens normaux ayant une capacité à élaborer des stratégies perverses beaucoup plus inquiétantes, nous sommes donc bien d’accord sur ta conclusion.

  8. Guillaume Pascanet dit :

    J’aurais voulu poster plus tôt sous ce billet mais l’opus-déi me l’a interdit.

    Je voulais juste dire que je pense qu’en effet, la sexualité des « simples d’esprit » est tabou, un peu comme celle des vieux.

    Cependant, je tiens à apporter le témoignage suivant qui nuance fortement l’impression d’un Gattaca judiciaire.

    Le père d’une amie de ma soeur officie comme instituteur dans un village normand prospère, car abritant sur son territoire une magnifique centrale nucléaire. En fait, ce patelin ne sait plus comment dépenser son fric, ce qui lui permet de quasi financer intégralement un couple de simplets hétérosexuels qui ont eu le bon goût de se re^produire (comme le signale Maximgar, la contraception est difficile à enseigner à quelqu’un qui doit avoir le QI d’un enfant de 8 ans).

    Pour l’anecdote, ces bambins ont été flanqué des noms de Claude-François, Frédéric-François et je ne sais plus quel chanteur à succès. Il s’agit bien sûr de leurs prénoms. Un seul des enfants de cette famille a pu être scolarisé normalement, bien qu’il ait bien sûr d’énormes difficultés à suivre. Le père employé, logé et motorisé (avec une voiture sans permis) par la commune arrive régulièrement en retard pour aller chercher son rejeton. Il prend pour excuse que son feuilleton n’était pas terminé, mais qu’ensuite, il a fait tout pour ratratper son retard en accélérant à « six-zéro » (il veut dire soixante Km/h)

    Plus dramatique, un des enfants est mort nourrisson, car sa mère a oublié de l’hydrater. La mairie a payé l’enterrement et a disposé sur la tombe des fleurs artificielles, pensant que jamais les parents ne sauront entretenir de vraies plantes. Ce en quoi ils ont eu tort, car la mère ne manque jamais d’arroser les fleurs en plastique.

    Voila, c’est une problématique que je ne sais comment on devrait la résoudre. Ces gens sont probablement heureux, et même de bons parents à leur façon. Les stériliser d’office serait une horreur. Mais en même temps, quelle avenir ont ces enfants ? Tout le monde n’a pas la chance d’être pris en charge par une centrale nucléaire.

    • Vous ici… L’opus dei n’aime pas la sexualité des amoindris??? Quelle discrimination!
      Faut que je fasse gaffe à mon blabla (heureusement je me tiens à un article du genre par semaine).
      Ton histoire est triste et terrible car compétement réelle (une centrale qui sauve des gens, c’est qd meme magiQue!)… Mais à partir de quel moment, de quel niveau d’intelligence peut on décider pour un autre et jusqu’ou?
      Et puis la contraception c’est pas si compliquée (sans arriver jusqu’à la castration), une petite chose ds le bras de la madame et zouuu le plaisir sans grossesse…
      Il n’y a pas de juste réponse, et je traitais juste de ce cas particulier … Merci en tout cas pour ton avis sur ce sujet plus que sensible (la preuve, le cinéma n’en traite quasiment pas).
      ( sinon Frederic François c’est juste inconcevable!)
      Bon week end!

      • Guillaume Pascanet dit :

        La solution, c’est qu’il faut traiter les humains avec humanité. Cette lapalisade n’en est pas vraiment une.

        Bon week-end à toi aussi.

  9. Ping : Et si on se transformait en Bacon géant (la fête à neuneu c’est la classe à côté)? | Flâneries d'une bordelaise…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s