127 Heures de Danny Boyle


Réaliser un film dont les 4/5 ième se déroulent au fond d’un canyon avec un seul acteur en guise de personnage, ça relève de l’exploit, surtout quand le dit film s’avère prenant jusqu’à la dernière minute. C’est le cas de 127h.
Convaincue dés les premières secondes par la réalisation et la bande son parfaitement accordée, je me suis laissée prendre par l’aventure de ce jeune homme (James Franco ici – absolument époustouflant de sincérité) qui, à considérer la nature comme son terrain de jeu, finit par chuter dans un canyon; la main aplatie par une roche qu’il tentera, en vain, de dégager.
Cette histoire vraie, d’Aron Ralston, est portée à l’écran avec beaucoup de créativité, de style et Danny Boyle s’attache à montrer l’expérience humaine dans toute sa vérité. L’évolution du personnage, ses tentatives, ses craintes, son courage et son passage à l’acte (un peu gore) vous emmènent à oublier l’Homme et à observer l’humain, cet être dont l’instinct de survie repousse les limites de l’avouable . Danny Boyle a su conserver la distance émotionnelle nécessaire face au personnage et je dis bravo car un autre aurait pu facilement tomber dans le mélodrame.
J’ai réellement été impressionnée par le choix de réalisation, très rythmée, qui contrebalance l’aspect statique de la situation et augmente la pression à souhait. Et la musique… Quel choix! La scène où notre héros passe à l’acte est sous-tendue par un son où la violence de l’acte prend alors tout son sens.
Enfin, comment rester insensible à la belle gueule de James Franco qui même plein de bave et bouffé par les fourmis reste un des mecs les plus sexy qu’il m’ait été donné de voir aux paysages grandioses et fabuleux de l’Ouest Américain, à la poésie des flash-back et délires d’Aron, à la réflexion que génère ce film …
C’est beau, c’est stupéfiant et c’est un film très bien fait qui mérite la qualification de performance.
A voir.
Cet article, publié dans Quoi de neuf dans le coin?, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 127 Heures de Danny Boyle

  1. Psycho dit :

    J’irai demain soir (ce soir j’peux pas, y a top chef à la télé lol)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s