Mommy


Untitled
Un peu de sérieux après l’article cathartique des 30 ans et avant la fiesta d’anniv de ce WE (il se peut qu’une semaine soit nécessaire pour me remettre à poster après le WE de débauche qui m’attend – entendre débauche dans le sens plaisir de la table hein :p).
Retour en salle obscure avec Mommy de Xavier Dolan.

sans-titre

On n’a jamais tout à fait le même définition pour qualifier une œuvre cinématographique de « bon film ». Si certains recherchent une finesse de scénario ou des dialogues bien ficelés, d’autres recherchent l’émotion, la sensation d’avoir vécu quelque chose.
Sur une oeuvre comme « Mommy », on ne peut donc pas obtenir l’unanimité… Parce qu’en allant voir ce film, c’est une expérience de vie que vous éprouvez (et c’est éprouvant!), c’est du vrai que vous touchez du doigt et de l’émotion qui vous brûle les yeux. Pas une histoire, une tranche de vie au mieux.
Le sujet est digne d’un dossier de la DASS : une mère de famille veuve, installée dans un quartier populaire de Montréal, vit avec son fils ado souffrant d’un trouble de l’attachement ; le rendant quelque peu violent (puis délinquant, puis suicidaire…). Le tout en Québécois (nan mais sérieux c’est quoi cette langue tabarn*ak!). Pas vraiment tentant me direz-vous ?
Et pourtant, Xavier Dolan nous donne, avec seulement trois personnages, toute la palette des émotions humaines, illustrées par des prises de vue tantôt poétiques, troublantes ou drôles. Certes, il balance ça de manière désordonnée, j’en conviens, mais il y a de réelles pointes de génie dans certaines scènes qui vous hantent même après la séance (prends tes kleenex… même quand tu sors du ciné !).
Quant à l’actrice principale, forte et sensible, excessive et posée, gracieuse et ultra vulgaire, elle nous emporte avec fougue dans cette relation passionnelle qu’elle entretient avec le monde et surtout son fils. Il y a cette scène quand elle le regarde, contre la voiture, qui est juste sublime…
Tout est là, en une scène

Tout est là, en une scène

Film bouleversant, parfois dérangeant, qui n’est pas un chef d’œuvre mais dont la violence des émotions et la qualité du jeu obligent au respect. On y pense encore après d’ailleurs.
Ce que j’ai aimé : Anne Dorval, le choix des images et des angles, l’excès d’amour, le risque pris sur un sujet douteux, la symbolique de la liberté magnifiquement représentée – tu te sens vivre  rien qu’à les regarder –  et la musique (ca faisait longtemps qu’on n’avait pas entendu Colorblind !)
Ce que j’ai moins aimé : le bordel ambiant dans la réalisation ainsi que les situations parfois trop surréalistes.
A voir si vous faîtes partie de ceux considérant le cinéma comme une claque à prendre ; je ne regrette pas.
J’en profite pour vous dire qu’une nouvelle bordelaise est dans la place avec son blog orienté ciné : Tiphaine, une testeuse attestant.
C’est pas tout mais je bosse aujourd’hui !

Untitled

Publicités
Cet article, publié dans Flâner / Strolling, Un film, son, livre / Movie, music, book, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mommy

  1. Isa dit :

    J’ai beaucoup aimé ce film, même si curieusement, moi qui suis une vraie pleureuse dans les salles obscures , n’ait pas réussi à verser une seule larme sur cette histoire bouleversante .. je crois que par contre j’aurais beaucoup de mal à le revoir tellement je l’ai trouvé éprouvant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s